Le secteur du financement commercial subit des pressions pour répondre rapidement et de manière agile à l’évolution de l’environnement numérique. Les interactions avec les clients sur les médias sociaux, les services bancaires aux particuliers et d’autres secteurs orientés client sont à l’origine d’attentes plus élevées. Afin de répondre à ces attentes, les banques commerciales se retrouvent face à un défi de taille : offrir des services numériques à la fois interconnectés et sophistiqués.

Il est devenu essentiel pour ces banques de déterminer quelles technologies émergentes utiliser et quels partenaires sont en mesure de leur offrir en vue d’élargir leur portée et d’offrir une expérience client améliorée, tout en réduisant les coûts et en augmentant leurs revenus.

Nouvelles forces concurrentielles

Aujourd’hui, plusieurs banques commerciales sont préoccupées par la croissance rapide de leurs concurrents. Selon CB Insights*, le secteur du financement commercial représente de 5 à 10 billions$ du marché international du financement commercial, d’une valeur totale de 17 billions $. La firme croit également que 1,5 billion $ supplémentaire correspond à des demandes non satisfaites dans ce secteur. L’ampleur du secteur du financement commercial attire beaucoup de nouveaux acteurs sur le marché, souvent des organisations non bancaires qui offrent des services bancaires.>

Les organisations non bancaires ainsi que d’autres entités, y compris des entreprises de technologies financières (FinTech), considèrent souvent les banques commerciales comme des organisations lentes, administrativement lourdes et sujettes aux perturbations. De plus, plusieurs de ces nouveaux acteurs sont plus audacieux en matière de marketing, présentent moins d’obstacles réglementaires et offrent plus de services novateurs que les banques traditionnelles.

En raison des ressources considérables en capital qui sont nécessaires pour offrir aux importantes entreprises une gamme complète de services en financement commercial, les entreprises de technologies financières ne pourront sans doute pas remplacer les banques internationales, aujourd’hui ou dans le futur. D’ailleurs, des tiers (p. ex. des réseaux de financement commercial et des partenaires d’entreprises de technologies financières) offrent aux banques traditionnelles des occasions prometteuses pour l’offre de leurs services à une clientèle commerciale plus large.

Collaborer pour innover

Les banques ne peuvent plus se permettre de rester à l’écart alors que les menaces concurrentielles augmentent. Toutefois, pour plusieurs banques, trouver à quel réseau commercial se joindre ou avec quelle entreprise en technologies financières collaborer peut s’avérer une tâche colossale. Par exemple, le processus de sélection du fournisseur est parfois long et peut se détourner de la poursuite d’autres projets et priorités. Il peut aussi être difficile d’établir des relations de confiance avec des fournisseurs de solutions tiers, et il faut constamment être vigilant afin de les maintenir.

Restreindre le domaine d’expertise technologique du fournisseur de solutions est un bon début. Du point de vue du financement commercial, les trois domaines d’innovation suivants sont les plus prometteurs.

  • Automatisation intelligente des processus
  • Interface de programmation d’application (API)
  • Chaîne de blocs et technologie du registre distribué

Plusieurs entreprises de technologies financières ainsi que des consortiums de réseaux ont mis au point des démonstrations de faisabilité et des produits technologiques en démarrage pour ces domaines, ainsi que pour d’autres aspects essentiels à la transformation continue du financement commercial. Malheureusement, de telles avancées ne garantissent pas que les nouvelles technologies seront en mesure de s’adapter, qu’elles seront bien accueillies ou qu’elles deviendront durables à long terme.

De plus, ces nouvelles technologies risquent d’être immatures et leurs normes d’interopérabilité n’atteindront peut-être jamais un usage répandu. Les démonstrations de faisabilité développées avec des paramètres essentiellement contrôlés ne pourront peut-être jamais prouver leur viabilité commerciale et les propositions de valeur pour les investissements en technologies peuvent être difficiles à établir. Finalement, l’adoption de nouvelles technologies peut entrer en conflit ou même annuler les efforts de développement internes d’une banque.

Évaluation de nouvelles technologies

Si une banque commerciale adopte un processus de diligence approprié lors de l’évaluation de nouvelles technologies et de ses partenaires, elle pourra réaliser une avancée stratégique tout en réduisant les risques. On recommande une analyse minutieuse des possibilités plutôt que tenter de réaliser l’impossible en introduisant plusieurs fournisseurs et technologies. Voici des questions importantes à poser.

  • Est-ce que les réseaux et les technologies de financement commercial sont bien accueillis sur le marché?
  • Est-ce que leurs compétences réduisent les délais et les coûts de transaction tout en offrant une expérience client transparente?
  • Est-ce que la participation répond aux attentes des acheteurs, des vendeurs et d’autres intervenants essentiels?
  • La solution permettra-t-elle d’économiser du temps et des efforts tout en permettant aux employés des banques de se concentrer sur des tâches à valeur ajoutée?
  • Est-ce que des « travailleurs intelligents » émergeront (p. ex. personnel bancaire travaillant avec l’intelligence artificielle)?
  • La banque obtiendra-t-elle un avantage concurrentiel, deviendra-t-elle plus technophile et attirera-t-elle des employés technologiquement sophistiqués?

Conclusion

La capacité d’une banque d’être interconnectée et interopérable au sein de l’écosystème commercial en pleine expansion sera essentielle à son succès dans le monde numérique. Il est essentiel de trouver des fournisseurs de réseaux et de technologie qui sont assez novateurs et matures pour avoir une incidence déterminante sur les clients et les activités. La technologie de pointe ne connaîtra pas toujours le succès de façon instantanée. Toutefois, les contretemps ne doivent pas arrêter le progrès numérique du commerce. L’adoption de nouvelles technologies, totalement essentielles dans le nouveau monde numérique, transformera le secteur des banques commerciales.

*en anglais

À propos de l’auteur

Picture of Colin Zeglen

Colin Zeglen

Gestionnaire de produits, pratique du commerce et de la chaîne d’approvisionnement de CGI

Colin Zeglen est gestionnaire de produits pour la pratique du commerce et de la chaîne d’approvisionnement de CGI. Il était auparavant chef de service des opérations dans le secteur du commerce de la Bank of America. Il possède une connaissance approfondie des produits de financement ...

Ajouter un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Règle de modération du blogue et conditions d'utilisation