Dans le premier billet de blogue de cette série de deux, j’ai abordé les défis opérationnels avec lesquels les banques commerciales doivent composer dans le marché toujours plus numérique d’aujourd’hui. Dans ce deuxième billet, je mets l’accent sur les défis technologiques et le type de plateforme technologique requise pour réussir.

État du marché technologique du commerce

Les attentes changeantes des consommateurs en matière de services bancaires, couplées aux avancées technologiques et aux méthodologies, ont une incidence sur la prestation des services bancaires.

L’utilisation des interfaces de programmation d’application (API) a grandement amélioré la capacité des applications et des plateformes des banques à communiquer entre elles dans une langue communément compréhensible. En effet, l’interaction entre ces nouveaux réseaux d’affaires est pratiquement impossible sans le recours aux plus récents protocoles de communication. L’interopérabilité est essentielle pour réussir, plus particulièrement alors que le nombre de services mobiles et de réseaux externes auxquels les banques doivent se connecter est en expansion.

La technologie du registre distribué et de la chaîne de blocs ont pris d’assaut le secteur des TI et promettent un accès plus sécurisé et efficace aux produits bancaires. Que la technologie soit ou non une panacée, il est devenu impératif que les grandes banques forment un consortium et participent au développement des plateformes afin de s’assurer qu’elles n’accusent pas de retard sur la concurrence. Si 2017 s’est avérée l’année des démonstrations de faisabilité du registre distribué, 2018 s’inscrit comme l’année de la commercialisation. Plusieurs plateformes de registre distribué avaient été lancées en tant qu’offres commerciales à la fin de 2018.

L’automatisation intelligente des processus, sous la forme d’intelligence artificielle, d’apprentissage automatique et de traitement du langage naturel, commence à être utilisée dans les produits commerciaux, plus particulièrement dans le domaine des assistants virtuels et de la saisie intelligente des données. L’automatisation intelligente des processus pourrait modifier de façon radicale les opérations d’arrière-guichet. Très prochainement, nous pourrions voir les travailleurs intelligents mettre à profit leurs contreparties numériques pour procéder à l’examen des documents, à une mise en conformité précoce et à des revues en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Cette démarche entraînera une augmentation du traitement en temps réel, libérant ainsi des ressources afin qu’elles puissent se concentrer sur des activités à valeur ajoutée pour les clients des banques. Grâce à un accès à l’entrepôt de données approprié, ces mêmes technologies peuvent favoriser l’utilisation de techniques avancées d’analyse pour obtenir de l’information cruciale à propos du comportement des consommateurs à des fins de vente croisée et d’atténuation des risques. Comprendre ces données et y accéder s’avère essentiel pour préserver son avance dans un marché toujours plus concurrentiel.

Une approche de développement agile favorise le déploiement de nouvelles technologies et procure des cycles de « sprints » rapides et itératifs en vue de maximiser le rendement pour les entreprises clientes. Un développement fastidieux des produits n’est désormais plus acceptable; les banques sont de plus en plus contraintes à réagir rapidement à l’évolution du marché, particulièrement avec l’émergence des entreprises de technologies financières (FinTech). Ces entreprises collaborent régulièrement avec les banques pour les bilans, l’accès des clients et pour des raisons d’ordre réglementaire à court terme. Elles peuvent souvent faire obstacle aux institutions financières traditionnelles lorsqu’elles interagissent avec des clients exigeants. Le volume impressionnant de nouveaux venus dans l’environnement des FinTech est déstabilisant et même les gestionnaires de produits les plus diligents peinent à différencier un fumiciel (ou produit fantôme) d’un fournisseur de services légitime.

Transformer le commerce

Les défis actuels au sein du financement commercial, opérationnels comme technologiques, peuvent sembler insurmontables. Toutefois, les institutions financières qui sauront manœuvrer à travers ce tourbillon de changements qui investit ce secteur connaîtront succès, croissance et profits. Pour assurer leur prospérité au sein de cet environnement toujours plus numérique, les grandes banques déploient des capacités technologiques robustes afin de répondre aux attentes croissantes des clients et d’anticiper les demandes futures.

Voici quelques-unes de ces capacités.

  • Plateforme unique et globale pour soutenir les opérations de bout en bout
  • Soutien de produits multiples, y compris le commerce traditionnel, les comptes ouverts, la gestion des garanties et les produits de gestion de la trésorerie
  • Hébergement dans une infrastructure en nuage
  • Architecture de base permettant aux banques de s’assurer qu’elles puissent se connecter à leurs propres applications Web, tout en facilitant la connectivité à d’autres réseaux d’affaires externes
  • Approche de développement de produits agile qui permet aux banques de toujours être à la fine pointe

Rester en marge n’est plus une option viable. Des pressions sont exercées sur les banques afin qu’elles relèvent le défi de répondre aux attentes des clients afin de les fidéliser, d’accroître leurs revenus et de remporter de nouveaux contrats. Un partenaire technologique solide peut vous aider à effectuer la transition vers le financement commercial de prochaine génération. La solution CGI Trade360 offre notamment les capacités énoncées ci-dessus pour aider les banques commerciales à répondre aux demandes du marché en constante évolution. Elle soutient les clients et les opérations de plusieurs des plus grandes banques commerciales. Si vous souhaitez obtenir davantage d’information à propos de nos réalisations dans ce domaine et des défis de votre organisation, je vous invite à communiquer avec moi.

À propos de l’auteur

Picture of Patrick DeVilbiss

Patrick DeVilbiss

Directeur-conseil

Patrick DeVilbiss est responsable de solutions pour les échanges commerciaux et la chaîne d’approvisionnement. Il soutient notamment la plateforme CGI Trade360. Il travaille ainsi avec les banques à cerner les améliorations à apporter aux fonctionnalités de la solution en fonction des tendances sectorielles et technologiques. ...

Ajouter un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Règle de modération du blog et conditions d'utilisation