Les banques de services aux entreprises et de transactions sont mises au défi d’offrir des services équivalents à ceux proposés par les banques de détail. Au cours des dernières années, nous avons assisté à un vaste mouvement en faveur de la numérisation des banques de détail. Et bien sûr, les banques de partout en Europe ont dû mettre leurs données à la disposition de tiers qui offrent des services bancaires aux consommateurs, en réponse à la Directive révisée sur les services de paiement (DSP2) et au système bancaire ouvert.

Les entreprises, en particulier les grandes entreprises, n’ont pas bénéficié des avantages que ce progrès a offert aux banques de détail. En revanche, les individus qui travaillent pour ces entreprises sont des clients de banque de détail dans leur vie privée, et vous savez quoi? Ils deviennent mécontents lorsqu’ils remarquent la différence entre les services qu’ils reçoivent des banques de détail et les services que leur organisation reçoit des banques de services aux entreprises et de transactions. Qu’est-ce que ces dernières peuvent-elles faire pour remédier à la situation?

Numérisation et diminution du taux de satisfaction des entreprises

Chaque année, CGI réalise deux séries d’études de marché importantes. Le Baromètre mondial CGI comprend des entrevues approfondies en personne avec plus de 1 550 dirigeants d’organisations clientes, dont 200 banques, afin de recueillir leurs points de vue sur les tendances qui affectent leurs entreprises, notamment les priorités d’entreprise et en TI, les budgets et les plans d’investissement. Deuxièmement, CGI réalise un sondage en ligne auprès de trésoriers d’entreprise et de banques en collaboration avec la Global Treasury News. Cette enquête, qui dispose maintenant de huit ans de données, évalue l’opinion des banquiers et des trésoriers d’entreprise sur la relation entre les entreprises et les banques. Elle approfondit les services offerts, les taux de satisfaction ainsi que les tendances futures.

Grâce à l’édition 2019 du Baromètre mondial CGI, nous avons constaté que 89 % des dirigeants de banques de services aux entreprises et de transactions interrogés ont déclaré avoir mis en place une stratégie numérique, mais seulement 9 % d’entre eux estiment que celle-ci produit des résultats à l’échelle de leur entreprise. En outre, selon les données du sondage de la Global Treasury News, le taux de satisfaction des trésoriers d’entreprise continue de diminuer de manière considérable depuis quatre ans. Ces enjeux, combinés à la concurrence accrue des banques adjacentes, principalement les banques de détails, entraînent un taux de désabonnement plus élevé sur le marché, ce qui indique clairement que les banques de services aux entreprises et de transactions doivent agir rapidement.

Surmonter ces obstacles n’est toutefois pas aussi simple qu’on pourrait le croire. Les grandes entreprises désirent plus qu’un ensemble de services de qualité supérieure qui englobe des fonctions telles que la gestion de la trésorerie, les paiements et le financement commercial, offertes par l’entremise d’une expérience client exceptionnelle. Elles recherchent également de nouveaux services novateurs (actuellement fournis par des entreprises de technologies financières et de nouveaux acteurs du marché), une intégration étroite entre leurs propres systèmes et, surtout, de précieux renseignements tirés des données. D’autre part, les recherches effectuées au cours des quatre dernières années indiquent que les entreprises souhaitent de plus en plus accéder aux services par l’entremise d’un portail unique.

Les défis auxquels sont confrontées les entreprises et leur incidence sur les banques de services aux entreprises et de transactions

Parallèlement, ces entreprises sont confrontées aux mêmes obstacles que leurs banques, car elles subissent leurs propres bouleversements numériques. Elles doivent migrer leurs propres solutions d’arrière-guichet en conséquence, en déployant inévitablement des fonctions de nuage en temps réel et des interfaces API plus ouvertes. Un changement de mentalité s’opère. Ce changement représentera un nouveau défi pour les banques de services aux entreprises et de transactions, à savoir comment servir une clientèle plus exigeante et qui s’y connaît bien en technologie.

À mesure que les entreprises transformeront leurs services d’arrière-guichet, elles chercheront à intégrer les services bancaires de manière transparente dans leurs propres systèmes de gestion de la trésorerie et systèmes de gestion intégrés. Une telle initiative incitera les banques à offrir les services principaux, tels que les paiements et les services de données, par l’entremise d’interfaces API. Les grandes entreprises recherchent des produits et des données intégrés; un moyen de visualiser les liquidités et les positions de change en temps réel dans plusieurs devises, et de préférence dans plusieurs banques et comptes. Elles souhaiteraient également communiquer avec des êtres humains par l’entremise d’un clavardage accessible en tout temps ou par l’entremise d’autres fonctionnalités en ligne.

Pour les petites et moyennes entreprises (PME), le défi est tout autre. Ces entreprises ne disposent ni du temps, ni des ressources, ni des moyens nécessaires pour exécuter des applications, protéger et gérer leur organisation et générer de la valeur à partir des données de transaction. Elles souhaitent qu’une autre entité exécute leurs applications externalisées. Elles recherchent également des conseils ainsi que de l’automatisation.

Pour de nombreuses PME et entreprises encore plus petites, la mobilité s’avère essentielle. Les tablettes et les téléphones de haute fonctionnalité sont les canaux de prédilection, car bon nombre d’employés sont constamment en déplacement et rarement dans un bureau. Les banques de services aux entreprises et de transactions ont la possibilité d’offrir de nouveaux services à ces clients, tels que des systèmes intégrés de gestion des dépenses ou la possibilité d’enregistrer et de traiter électroniquement les reçus, et ainsi de générer de nouvelles sources de revenus.

Pour offrir ces nouveaux services, les principales banques de services aux entreprises et de transactions commencent à collaborer avec les entreprises de technologie financière, qui sont devenues des innovateurs sur le marché et des créateurs de nouvelles offres de services. Dans certains cas, elles collaborent également avec d’autres banques. En outre, elles investissent dans des plateformes capables de déployer facilement de nouveaux services qui font appel aux interfaces API, rapidement et en toute sécurité pour leurs clients. Voilà une nouvelle occasion d’affaires pour les banques de services aux entreprises et de transactions : devenir le visage et le fournisseur de services par excellence grâce à une plateforme d’entreprise ou de marché. Bien qu’il soit beaucoup plus simple pour les clients d’acheter des services chez le moins de fournisseurs possible, ces services doivent être sûrs, sécurisés, de grande qualité et de classe mondiale.

Ce n’est qu’en améliorant leur architecture que les banques de services aux entreprises et de transactions atteindront la rapidité de mise sur le marché nécessaire pour demeurer concurrentielles et survivre à ce changement astronomique qui s’y opère. CGI a collaboré avec un certain nombre de ces banques partout dans le monde pour les aider à relever ces défis. À titre d’exemple, nous avons déjà mis au point une solution, CGI Open Finance, pour les aider à s’adapter à cette nouvelle ère. Pour en savoir davantage au sujet de nos projets ou si vous vous demandez comment surmonter vos obstacles, n’hésitez pas à communiquer avec moi.

À propos de l’auteur

Picture of Jerry Norton

Jerry Norton

Vice-président, Services financiers

Jerry Norton dirige les équipes Marchés des capitaux et Banques de services aux entreprises et de transactions de CGI. Il est à la fois responsable de la stratégie de CGI pour l’ensemble du secteur bancaire et membre du conseil sur la croissance et du comité ...

Ajouter un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Règle de modération du blog et conditions d'utilisation