Dans le cadre de la conférence Payments 2019 de la National Automated Clearing House Association (NACHA)*, des centaines de professionnels des finances se sont réunis pour discuter des thèmes dominants en matière de paiements. Les interfaces de programmation d’applications, les paiements ACH le même jour et la monétisation des données étaient à l’ordre du jour, mais ce sont les paiements en temps réel qui étaient au cœur de la conférence. Voici un aperçu des principaux points de discussion dans chaque domaine, ainsi qu’une analyse plus en profondeur des paiements en temps réel.

Interfaces de programmation d’applications

À l’échelle mondiale, l’utilisation des interfaces de programmation d’applications (API) continue d’augmenter dans le secteur bancaire, surtout en raison de l’adoption croissante du système bancaire ouvert. D’ailleurs, un participant à la conférence Payments 2019 a décrit les API comme les « systèmes d’échange de données informatisé des temps modernes ». Les experts du secteur bancaire s’attendent à ce que les API deviennent la norme en matière d’échange d’information. Ces interfaces permettent déjà aux banques d’écrire du nouveau code et de développer de nouvelles capacités plus facilement qu’auparavant.

Cependant, l’absence de mandat précis en ce qui concerne le système bancaire ouvert, qui repose grandement sur les API, est l’un des défis avec lesquels les banques américaines doivent composer. Par conséquent, leurs progrès en matière d’API sont lents. Bien que les grandes banques américaines aient commencé à développer des API et possèdent leurs propres entrepôts d’API, il reste du travail à faire avant qu’elles puissent exploiter leur plein potentiel et rattraper leurs pairs en Europe et dans d’autres régions où le système bancaire ouvert est régi par un mandat clair.

Paiements ACH le même jour

Aux États-Unis, les paiements ACH peuvent être traités le même jour civil que les transactions, à condition que l’entité responsable du traitement reçoive les transactions à 14 h 45 (HE) au plus tard. Pour les banques, cette fonctionnalité constitue une option plus économique que le traitement en temps réel. La NACHA a approuvé une règle qui prolongera la période de règlement jusqu’à 16 h 45 (HE). Cette règle doit toujours être acceptée par la Réserve fédérale américaine. Lors de la conférence, plusieurs séances d’information étaient axées sur ce sujet afin d’aider les banques participantes à bien comprendre comment tirer parti de cette fonctionnalité.

Monétisation des données

J’ai eu la chance d’animer une séance d’information au sujet de la monétisation des données de paiement. Lors de cette séance, j’ai mis l’accent sur les mesures que peuvent prendre les banques pour exploiter le plein potentiel de leurs données. Comme l’a remarqué Ganesh Krishnan, chef de la direction informatique des services bancaires aux entreprises et aux institutions chez PNC, « les données règnent » dans l’économie d’aujourd’hui. Les données de paiement aident les banques à développer de nouveaux produits et de nouvelles approches de vente, à augmenter leur chiffre d’affaires, et à optimiser l’efficacité de leurs activités de paiement. Elles leur permettent également d’accroître la satisfaction de leurs clients en leur proposant un accès en tout temps à des offres adaptées à leurs besoins uniques et en simplifiant le processus d’acceptation de ces offres.

Paiements en temps réel

Lors de la conférence, les paiements en temps réel étaient le thème le plus important, et de loin. À l’échelle mondiale, les modèles en temps réel transforment le marché des paiements. Aux États-Unis, 15 des 25 banques propriétaires de The Clearing House (TCH), qui exploite le réseau RTP® au pays, ont lancé leurs propres initiatives de paiement en temps réel.

La bonne nouvelle est que ces banques traitent environ la moitié des dépôts bancaires aux États-Unis. La mauvaise nouvelle? L’incertitude entourant le réseau RTP aux États-Unis ralentit les projets de paiements en temps réel des dix milliers de banques qui ne sont pas propriétaires de TCH. Cette incertitude s’explique par le fait que la Réserve fédérale américaine considère la possibilité d’exploiter un système de règlement brut en temps réel (RBTR) qui ferait concurrence au réseau RTP. L’organisme a reporté l’annonce de sa décision à la fin de l’année.

Les délais associés à cette décision, combinés à un avertissement de TCH indiquant la possibilité que les prix du réseau RTP changent si la Réserve fédérale pénètre le marché, incitent de nombreuses banques à reporter l’adoption de RTP.

D’ailleurs, au Royaume-Uni, l’exécution du projet Faster Payments s’est échelonnée sur dix ans. Il est donc raisonnable de s’attendre à des délais semblables aux États-Unis, surtout dans un contexte où il n’existe pas de mandat clair en matière de paiements en temps réel. Cependant, le gouvernement et les banques devront dissiper l’incertitude, surtout en ce qui concerne les prix, les fournisseurs, l’infrastructure et l’interopérabilité.

CGI est à l’avant-garde du réseau RTP aux États-Unis et dans le monde entier. Si vous aimeriez discuter de tendances abordées dans ce billet ou des occasions et défis associés aux paiements en temps réel pour votre organisation, n’hésitez pas à communiquer avec moi.

*en anglais

À propos de l’auteur

Picture of Andy Schmidt

Andy Schmidt

Vice-président, Banques de détail

Andy Schmidt est un ancien banquier et analyste de l’industrie qui a comme mandat d’aider CGI à concrétiser sa stratégie au sein du secteur des services financiers. Il compte plus de 25 années d’expérience au sein des services financiers, d’abord en tant que banquier chez ...

Ajouter un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Règle de modération du blog et conditions d'utilisation