La pandémie de COVID-19 a considérablement réduit la consommation d’énergie et de combustibles fossiles et a fait chuter le prix du pétrole à des niveaux historiques. Pour stabiliser le marché en cette période de crise, les sociétés pétrolières et gazières ont dû diminuer leur production, voire l’interrompre complètement dans certains cas. La consommation d’énergie renouvelable, par contre, est demeurée stable.

Bien que certains croient qu’il s’agit du moment idéal pour accélérer la transition énergétique, d’autres sont plutôt d’avis que les effets de la pandémie sur l’économie et le prix du pétrole freineront les investissements et ralentiront ainsi cette transition. La baisse du prix du pétrole, par exemple, pourrait diminuer la demande pour les véhicules électriques, à moins que les gouvernements interviennent et que le prix du pétrole bondisse de nouveau.

Les conséquences de la COVID-19 sont vastes. La diminution des déplacements a entraîné une chute de la demande de carburant, ce qui a également eu un effet positif sur l’environnement et donné un nouvel élan aux discussions morales et éthiques au sujet des hydrocarbures. Cependant, la durée de la pandémie demeure incertaine. Après la crise, à quoi ressemblera la nouvelle normalité? Les hypothèses et les scénarios possibles sont nombreux, mais les analystes croient que l’effondrement du prix du pétrole pourrait nuire à la popularité des véhicules électriques et ternir l’attrait des mesures d’efficacité énergétique.

La transition énergétique demeure une priorité, mais les progrès dépendent des mesures politiques

Dans le cadre du Baromètre mondial CGI 2020, les leaders de CGI ont rencontré des dirigeants des fonctions d’affaires et informatiques de sociétés pétrolières et gazières pour discuter des principales tendances et priorités de leur secteur et mieux comprendre les défis auxquels les clients font face. Selon ces conversations, la transition énergétique et la lutte contre les changements climatiques demeurent parmi les trois principales priorités d’entreprise pour les dirigeants interrogés.

Au sein de l’Union européenne, la pandémie risque d’accélérer la transition de façon plus marquée qu’ailleurs, puisque les principales mesures de stimulation des gouvernements compteront fort probablement un volet visant à soutenir l’essor des énergies propres. Le plan d’investissement du pacte vert pour l’Europe pourrait être élargi et s’intégrer à d’autres mesures de stimulation. Aux États-Unis, le résultat des élections présidentielles de novembre 2020 aura une incidence majeure sur la transition énergétique.

Comme mentionné précédemment, l’abordabilité du pétrole menace la demande pour les véhicules électriques et pourrait décourager les initiatives d’efficacité énergétique. Cependant, le lien entre le prix du pétrole et l’énergie renouvelable est relativement indirect. En fin de compte, ce sont les mesures politiques, les programmes d’aide financière et les activités de stimulation à venir qui détermineront la vitesse de la transition énergétique.

L’engagement de l’industrie favorisera la transition énergétique

Les grandes sociétés pétrolières et gazières demeurent déterminées à exécuter leur stratégie de transition énergétique. Plusieurs d’entre elles se sont engagées publiquement à mettre en œuvre des plans de carboneutralité d’ici 2050 plutôt que 2060. Les banques et les investisseurs rompant leurs liens avec les entreprises qui ne disposent d’aucun plan ou d’aucune feuille de route de développement durable ont aussi une influence sur le marché. À l’heure actuelle, nous n’avons aucune preuve concrète indiquant une accélération ou un ralentissement de la transition énergétique après la pandémie, à moins que les programmes d’aide financière et de stimulation des gouvernements changent la donne. Cependant, puisque la transition énergétique et la lutte contre les changements climatiques demeurent des priorités d’entreprise et que les grandes sociétés pétrolières et gazières ont établi des objectifs de carboneutralité et des plans d’investissement pour accroître leur empreinte écologique, nous croyons que la transition énergétique ira de l’avant.

S’adapter à de nouvelles réalités opérationnelles

Une chose est sûre : à mesure que les sociétés pétrolières et gazières réagiront aux conséquences de la pandémie, elles se retrouveront devant une nouvelle réalité économique et sociale qui les contraindra à repenser leur modèle d’affaires, à optimiser leurs structures de coûts, à instaurer de nouvelles méthodes de travail et à miser sur la collaboration pour accroître leur résilience.

De nombreuses sociétés cherchent des façons de rebondir après la pandémie, voire de réinventer leurs activités pour s’adapter à cette nouvelle réalité. CGI les aide à définir une stratégie de transformation appropriée en mettant à profit sa compréhension et ses mesures d’exploitation des occasions que présente la transition énergétique, ainsi que ses capacités et solutions à valeur ajoutée.

J’aimerais connaître votre point de vue et votre expérience actuelle sur le marché de l’énergie. Pour poursuivre la conversation, laissez un commentaire ci-dessous ou n’hésitez pas à communiquer avec moi à ed.bruintjes@cgi.com.

À propos de l’auteur

Ed Bruintjes

Ed Bruintjes

Directeur, stratégie pour le secteur pétrolier et gazier, et responsable de portefeuille

Ed Bruintjes assure la croissance et la mise en œuvre de stratégies pour le portefeuille pétrolier et gazier de CGI. À ce titre, il met l’accent sur la création de valeur pour les clients au moyen de technologies existantes et novatrices. Conseiller de confiance auprès ...

Ajouter un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Règle de modération du blogue et conditions d'utilisation