Les fabricants et les détaillants sont confrontés à un défi majeur : celui de placer le client au cœur de leur chaîne d’approvisionnement. Il ne s’agit rien de moins qu’un changement de paradigme. À ce titre, il impose aux organisations des transformations profondes et repose sur une nouvelle vision du commerce articulée autour de deux notions clés : service et numérisation.

Le client est roi. Cette maxime résume en quelques mots le défi logistique majeur auquel sont confrontées les entreprises : adopter une approche où le client est au centre de l’organisation, repenser l’organisation et transformer la chaîne d’approvisionnement pour soutenir ce changement de paradigme.

Comment? Il faut cesser de penser en termes de chaîne d’approvisionnement et envisager une approche de « chaîne de demande » où c’est désormais le client, et non l’entreprise, qui instaure les flux et donne le tempo de la chaîne logistique. La gestion de la chaîne d’approvisionnement ne consiste donc plus uniquement à s’adapter aux contraintes de la production et des opérations, mais bien à la demande du consommateur.

Initiée il y a une vingtaine d’années, cette inversion est devenue la condition essentielle pour garantir l’agilité d’une chaîne d’approvisionnement de plus en plus complexe. Mieux, la « chaîne de demande » est une aubaine pour les entreprises. Elle renforce les occasions de proposer des services au client bien au-delà du simple produit. C’est ce que l’on appelle le commerce augmenté : une offre personnalisée, pertinente et enrichie.

Maîtriser et utiliser les leviers technologiques pour se transformer

C’est là que les nouvelles technologies interviennent. Mais tout d’abord, il est nécessaire de penser et de voir la technologie avec un œil neuf. Celle-ci a trop longtemps été reléguée au plan de simple moyen. Désormais, elle doit aussi être utilisée comme un levier de transformation qui va aider les entreprises à se réinventer et à définir leurs objectifs stratégiques, commerciaux et logistiques.

Ainsi, le commerce électronique et le commerce mobile engendrent une explosion continue des flux et des volumes, sur de multiples canaux de vente. À la lumière de ces nouveaux modes de consommation et du degré d’exigence accru des consommateurs, l’automatisation des processus et le raccourcissement du temps de traitement des commandes sont devenus clés pour réussir la transformation.

Pour suivre le rythme, la chaîne d’approvisionnement doit donc devenir connectée, collaborative, flexible, agile et intelligente. En fait, les résultats du Baromètre mondial CGI 2019 révèlent que la « chaîne d’approvisionnement agile » fait partie des trois principaux investissements en innovation prévus pour les dirigeants que nous avons interviewés, et risque d’être plus en plus citée au cours des trois prochaines années.

Connectés avec l’Internet des objets, des capteurs sur les équipements ou les produits permettront d’améliorer les offres et les services en offrant une meilleure compréhension de l’usage, d’anticiper et de prévenir les pannes ou encore de mieux tracer les flux logistiques en temps réel.

La collaboration grâce à des plateformes infonuagiques équilibrées en fonction du risque et de la valeur peut faciliter le travail entre les services en interne et avec les partenaires et fournisseurs en externe. Des processus flexibles et agiles, des solutions de planification, des activités de logistique ou une production en flux tirés (« make to order », c’est-à-dire stimulée par la demande) permettant de sortir des logiques historiques en flux poussés (« make to stock », ou pour alimenter les stocks). Intelligente enfin grâce à la bonne utilisation des données et aux progrès de l’intelligence artificielle pour piloter en temps réel la performance globale de la chaîne d’approvisionnement de bout en bout et améliorer ses capacités de prédiction, de simulation et de prise de décision.

Casser les silos pour établir le « continuum numérique » de la chaîne d’approvisionnement

Toutes ces technologies sont matures et exploitables dès aujourd’hui. Mais la transformation reste néanmoins complexe, car elle requiert à la fois une refonte de l’architecture d’entreprise et un accompagnement fort aux changements d’organisation et de fonctionnement nécessaires pour établir le « continuum numérique » qui permettra de placer le client au cœur de la chaîne d’approvisionnement. Pour créer ce continuum et établir une plateforme globale de visibilité ou une tour de contrôle de la chaîne d’approvisionnement, il faut impérativement dépasser les logiques verticales et casser les silos qui compartimentent les réponses des entreprises aux différentes étapes de l’acte d’achat de leurs clients.

Cette double transformation (technologique et organisationnelle) est inéluctable pour permettre aux entreprises d’anticiper l’avenir et de se projeter sur un marché des biens de consommation en pleine ébullition, de plus en plus tourné vers une économie du service. Elle est d’ailleurs en marche et on ne peut que s’en réjouir.

Découvrez comment CGI aide les clients de partout au monde à transformer leurs chaînes d’approvisionnement et leurs écosystèmes grâce à des technologies numériques de pointe, notamment par les activités de notre centre mondial d’excellence en chaîne d’approvisionnement à Lyon, en France.

A propos de l'expert

Picture of Norbert Seimandi

Norbert Seimandi

Vice-président, services-conseils

Norbert s’est joint à CGI en 2017. Membre du comité de direction de la région Grand Est, en France, il est en charge de piloter la stratégie en matière d’innovation et de propriété intellectuelle (solutions spécialisées et exclusives de CGI). Il est aussi responsable de ...

Publier un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Politique de modération des commentaires sur le blog CGI