Personne ne sait vraiment quelle forme prendra l’approvisionnement énergétique en 2050. Dépendrons-nous totalement de l’énergie renouvelable? Est-ce que les véhicules électriques constitueront la norme? Quelles nouvelles possibilités s’offriront à nous grâce à l’Internet des objets (IoT) et aux données massives? Deviendrons-nous des consommateurs proactifs et avertis, communément appelés « prosommateurs »? Bénéficierons-nous d’une solution énergétique inspirée de Spotify, qui, comme l’application de lecture de musique en continu, fonctionnera à la demande pour répondre aux besoins des consommateurs?

Bien qu’il ne s’agisse que de spéculation, il est possible d’aller au-delà des conjectures en évaluant la situation de plus près. Dans ce billet de blogue, j’explore trois volets qui pourraient façonner le marché de l’énergie.

Transformations au sein du secteur

Le secteur de l’énergie subit des changements considérables découlant à la fois des objectifs climatiques et de la volonté de repousser les limites de la technologie : évolution des panneaux solaires, amélioration continue des technologies de batterie et importance croissante des maisons intelligentes et autres solutions TIC au sein de l’écosystème énergétique.

Au sein de ce secteur dynamique, les subventions et les compensations jouent un rôle déterminant et, à terme, le prix de l’énergie solaire et du stockage d’énergie pourrait s’avérer décisif. Considérons par exemple l’énorme usine de batteries que construit actuellement au Nevada la société automobile Tesla Motors. Cette usine produira sa première batterie en 2017 et devrait avoir une incidence considérable sur la production et le prix du stockage de l’énergie. Les analystes prévoient que cette technologie réduira le coût du bloc-batterie de 38 $ par kWh , ce qui aura des répercussions sur l’ensemble du marché de la voiture électrique.

D’autres tendances auront une incidence sur le secteur.

  • Technologies – Les nouvelles technologies se succèdent rapidement et offrent des possibilités infinies, comme dans le cas des données massives. Cette succession de technologies influence fortement le secteur de l’énergie. Par exemple : qui, dans les années 80, aurait pu imaginer qu’en 2015 un téléphone intelligent offrirait, à moindre coût, les mêmes fonctionnalités qu’un ordinateur personnel et serait muni de capacités jamais imaginées?
  • Échanges commerciaux entre consommateurs – Aujourd’hui, une connexion Internet, un téléphone intelligent et une application suffisent aux consommateurs pour créer de nouveaux réseaux et négocier directement entre eux. Marketplace, Uber et Airbnb reflètent cette approche d’économie collaborative. Dans le secteur de l’énergie, Enwire permet également le commerce direct entre consommateurs.
  • Transition d’une économie de produits vers une économie de services (c’est-à-dire de la possession à l’utilisation) – Cette tendance se remarque dans de nombreux domaines. En matière de transport par exemple : pourquoi posséder une voiture coûteuse quand il est possible d’organiser ses déplacements au moyen d’une application? Et pourquoi acheter ou télécharger des CD de musique alors qu’il est possible d’écouter de la musique en continu grâce à des applications comme Spotify?

L’avenir en trois volets

Les changements, développements et tendances ci-dessus marqueront l’avenir du secteur de l’énergie. De nombreux obstacles demeurent cependant, que l’on pense aux lois et aux réglementations, à la nature imprévisible de l’énergie solaire et à la question essentielle de savoir si ces sources d’énergie sont rentables.

Au cours des dernières années, plusieurs projets pilotes ont vu le jour et ont ouvert de nouvelles perspectives. L’enjeu est de savoir comment traverser la « vallée de la mort2 » et aboutir à la création d’un nouveau marché de l’énergie. Bref, à quoi ressemble une solution énergétique inspirée de Spotify?

La question selon moi comporte trois volets.

1. Vision et collaboration/cocréation – Le point de départ consiste à présenter une esquisse de ce que sera le marché de l’énergie. Pour ce faire, il est important de comprendre le fonctionnement de ce marché. L’atteinte de cette connaissance ne devrait cependant pas constituer une entrave, mais permettre d’assurer un équilibre entre les tendances d’aujourd’hui et l’innovation de demain en vue d’élaborer les scénarios de l’avenir. La collaboration est essentielle entre les grandes sociétés, les jeunes entreprises et les consommateurs. La satisfaction du client, le leadership, la créativité et l’extensibilité vont de pair.

2. Approche proactive – Le changement ne peut être mis en œuvre que grâce à la réalisation de projets et au lancement de nouveaux services. Il est important de réagir aux événements d’actualité, mais aussi de garder l’objectif ultime en tête. Il est essentiel « d’oser apprendre » et ainsi raffiner notre vision finale.

3. Lancement de nouveaux services au moment opportun – Comme mentionné précédemment, le stockage de l’énergie est un critère déterminant au sein du marché. L’année 2020 approche à grands pas et nous assisterons à une augmentation des miniréseaux, des sites énergétiques, des maisons autonomes en énergie et du transport électrique. Des plateformes TI génériques et extensibles sont déjà conçues en fonction de ces développements potentiels. Celles-ci seront connectées aux objets intelligents (Internet des objets) et permettront d’équilibrer l’offre et la demande au sein du marché et de développer de nouveaux services. Il est cependant important de ne pas attendre la mise en œuvre de ces plateformes si l’on veut adopter une approche inspirée de Spotify pour le marché de l’énergie.

Savez-vous comment CGI se prépare pour l’énergie de l’avenir? Communiquez avec Jos Siemons ou visitez notre page Web sur la gestion centralisée de l’énergie pour en apprendre davantage.

1 Stephen Lacey. "Analyst Prediction: Tesla’s Gigafactory Could Drop Battery-Pack Costs by 70%." Greentech Media. September 23, 2015. http://www.greentechmedia.com/articles/read/analyst-prediction-teslas-gigafactory-could-drop-battery-pack-costs-by-70*.

2 La « vallée de la mort » est un terme dérivé de la courbe d’innovation qui fait référence à la difficulté de couvrir les flux de trésorerie négatifs lors du démarrage d’une jeune entreprise. (p. ex. http://www.forbes.com/sites/martinzwilling/2013/02/18/10-ways-for-startups-to-survive-the-valley-of-death/#1c1ed73f5e40 *)

*en anglais

Ajouter un commentaire

Comment editor

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Règle de modération du blog et conditions d'utilisation