Primary tabs

  • Raconte-nous ton parcours.

J’ai découvert le développement à l’âge de 13 ans lors de cours d’initiation, c’était tout nouveau comme loisir. J’ai tout de suite adoré les aspects de création et de matérialisation concrète immédiate du développement. Je me suis orientée assez facilement dans des études de mathématiques et d’informatique. J’ai même réalisé une thèse sur l’intelligence artificielle pour clôturer mes études.

Je me suis installée au Luxembourg pour monter un projet de recherche financé par l’Europe. L’idée était d’améliorer l’accès des informations gouvernementales via des systèmes intelligents avec interfaces vocales. J’ai donc monté une start-up pour développer ce système d’interface intelligent qui interprétait les paroles pour les utiliser sur différents services de mobilité.

Une belle aventure qui m’a permis de me créer un bagage très solide de compétences. J’ai ensuite rejoint CGI en 2010 en tant que Business Analyste. Ma montée en compétences a été assez rapide. Je suis aujourd’hui directrice conseil, spécialisée dans l’intelligence artificielle.

  • Selon toi, le fait d’être une femme a-t-il influencé ce parcours ?

Pour moi, être une femme n’a jamais été un avantage dans le métier de l’informatique.

Les gens partent de l’a priori que nous ne sommes pas « techniques ». Du coup, nous devons davantage prouver nos compétences en tant que femme.

Chez CGI, j’ai trouvé que ce n’était pas le cas. Je considère la société comme étant une grande famille avec de vraies valeurs et je ne peux qu’être fière de ça. Je pense qu’être une femme m’a donc permis de repousser mes limites pour en arriver là où je suis aujourd’hui.

  • Quel super pouvoir utiliserais-tu pour améliorer les droits des femmes ?

Je souhaiterais supprimer les préjugés en matières de compétences mathématiques et logiques des femmes, souvent sous-estimées. Je pense qu’il y aurait beaucoup plus de femmes dans l’informatique. Nous sommes souvent reconnues comme empathique, avec de belles facultés de compréhension des besoins. Mais le côté technique est à évaluer au même titre que pour les hommes.

  • De quoi es-tu particulièrement fière ?

Sans hésiter, faire partie d’une équipe soudée. C’est inexplicable, mais nous lions chez CGI de véritables relations avec les gens quels que soient leurs horizons. Ce qui m’intéresse le plus, c’est une bonne ambiance de travail avec des personnes souriantes, pleines de dynamisme et qui s’enrichissent mutuellement de leurs expériences différentes.