Centre des médias
Études de cas
Mouvement Desjardins

Mouvement Desjardins

Services de paie Desjardins

Lorsque la plus importante institution financière du Québec a décidé de moderniser ses services impartis de gestion de la paie, elle s’est associée à CGI. Loin de se laisser intimider par les obstacles éventuels, ces deux partenaires ont embrassé l’occasion de transformer ces services désuets en un centre lucratif à croissance rapide.

Le défi 
En 1997, bon nombre d’institutions financières nord-américaines offraient sans enchantement des services impartis de traitement de la paie à leurs clients commerciaux. Parmi celles-ci, le Mouvement Desjardins, la plus importante institution financière du Québec avec un actif sous gestion totalisant quelque 80 milliards de dollars.

Jean-Pierre Gagné, directeur des services de paie individuels chez Desjardins explique : « Nous étions au pied du mur. Notre système datait des années 1970 et ne répondait plus aux besoins de notre clientèle. Sa mise à niveau représentait une tâche si complexe que nous préférions simplement diriger nos clients vers des concurrents pouvant satisfaire leurs besoins. Par surcroît, il aurait fallu débourser des millions de dollars pour le rendre conforme à l’an 2000. Un tel investissement était difficile à justifier. »

L’entreprise a d’abord songé à se défaire des Services de paie Desjardins (SPD). Après mûre réflexion, elle a toutefois décidé de conserver cette unité d’affaires et de foncer vers de nouveaux marchés, plus particulièrement d’importants employeurs. Cela dit, il fallait absolument mettre en œuvre de nouvelles solutions de traitement de la paie dans les plus brefs délais!

La stratégie 
Compte tenu des investissements substantiels nécessaires au développement des nouvelles solutions et de l’envergure des défis technologiques à surmonter, Desjardins désirait s’adjoindre un partenaire d’expérience qui avait déjà mené à bien de grands projets en TI et qui accepterait d’assumer une partie des coûts liés à ces travaux. En choisissant CGI, Desjardins a fait d’une pierre deux coups.
En décembre 1997, les deux sociétés ont signé une entente de dix ans en vertu de laquelle CGI devait développer les solutions requises et exploiter la nouvelle unité SPD, tandis que Desjardins allait se concentrer sur les activités de prospection et de développement des marchés en misant sur les contacts impressionnants de CGI pour établir des rapports avec des employeurs de premier ordre.

Les experts en systèmes de CGI ont d’abord cherché une solution de paie conforme à l’an 2000. Leur recherche s’est limitée au Canada puisque tous les clients de SPD étaient des employeurs assujettis aux normes canadiennes de retenues salariales. Malheureusement, cet exercice n’a permis que de déceler des systèmes maison conçus pour traiter les données d’un seul employeur, alors que SPD avait besoin d’une solution pouvant prendre en charge quelque 7 000 employeurs et leurs 200 000 employés.

En fin de compte, SPD et CGI ont opté pour le progiciel de paie PA-400 de la firme Progisys inc. de Québec puisqu’il s’agissait d’un système extrêmement modulaire de type ASP (application service provider – fourniture de services d’application) pouvant être facilement adapté à la gestion de clients multiples. Les deux partenaires se sont donc procuré les permis d’utilisation nécessaires auprès de Progisys, puis ont affecté 40 développeurs à d’importants travaux de programmation.

Pour étayer les plans de croissance dynamiques de SPD, CGI a remanié cette solution pour lui permettre de traiter les données de clients multiples, puis y a intégré une myriade de fonctionnalités recherchées. En outre, CGI a mis en œuvre un ensemble de fonctions secondaires pour maximiser le rendement du système et en faciliter la mise à niveau ultérieure.

Afin de gagner du temps pour réaliser ce projet des plus ambitieux, CGI a d’abord apporté certaines modifications minimales aux systèmes actuels de SPD pour en permettre l’utilisation après l’arrivée de l’an 2000. Une fois la nouvelle solution terminée, une équipe-choc d’une trentaine de conseillers a amorcé le passage des clients au nouveau système – parfois jusqu’à 700 par mois - sans interruption de service.

Les technologies

  • Serveur d’application : AS/400, OS/400, adaptation du progiciel de paie PA-400 de Progisys PA-400 pour la prise en charge de clients multiples (langages de programmation RPG-400 et RPG-ILE), exploitation en mode ASP
  • Postes de travail clients : ordinateurs personnels, programmes clients Delphi, SGBDR InterBase
  • Services impartis fournis par CGI : exploitation du centre de traitement, développement, soutien et entretien d’applications, gestion de projet, soutien à la clientèle, exploitation d’entreprise, développement des affaires

Les résultats 
Grâce à son alliance avec CGI, Desjardins a remis SPD sur pied. Selon les prévisions établies, SPD a signé des contrats avec d’anciens et de nouveaux clients, y compris bon nombre d’importants employeurs.

L’architecture ouverte conçue par CGI a permis à SPD de mettre à la disposition de ses petites, moyennes et grandes entreprises clientes des services innovateurs axés sur l’accroissement des recettes, y compris la transmission des données de paie sur Internet. D’autre part, le progiciel de transmission des fichiers de paie sur ordinateur personnel a été entièrement remanié pour en augmenter la flexibilité. De plus, SPD prévoit relier ses solutions de paie aux produits d’assurance collective et régimes de retraite de Desjardins pour que les employeurs puissent facilement retenir les cotisations et versements à la source.

« La nouvelle offre de SPD surpasse celle de tous ses concurrents », ajoute Jean-Pierre Gagné. « Sans parler du fait que la technologie de CGI nous permet d’améliorer continuellement nos différents produits. Nous décrochons les contrats les plus importants de notre histoire et les commentaires des clients à l’égard de nos services sont très élogieux. Notre chiffre d’affaires a subi une croissance phénoménale de plusieurs millions de dollars. Une telle réussite n’aurait jamais été possible sans la précieuse collaboration de nos membres et de nos partenaires chez CGI. »

 
Communiquez avec nous pour plus d'information