Centre des médias
Études techniques

Gestion active des actifs : Permettre aux fournisseurs de services publics de prendre un virage concurrentiel

Les fournisseurs de services publics relèvent d’un des secteurs d’activité aux immobilisations les plus élevées au monde. Ainsi, l’entretien, la réparation et le remplacement des actifs, en plus de la nécessité de satisfaire aux nouvelles exigences et à l’évolution du marché, représentent un défi constant. Bien que plusieurs organisations adoptent de bonnes pratiques de gestion des actifs, l’avenir leur réserve des défis de taille. Pourtant, le secteur des services publics peut tirer parti de tous ces changements pour accroître l’efficacité et les économies dans l’ensemble du cycle de vie des actifs.

La présente étude démontre les possibilités s’offrant aux organisations qui optent pour une gestion active des actifs et un modèle optimisé des réseaux de services publics. Elles peuvent harmoniser, optimiser et affiner leurs plans en matière d’actifs en temps quasi réel afin de réduire les pressions exercées par les changements constants de réglementation et les partenaires, d’améliorer l’efficience opérationnelle et d’accroître la satisfaction du consommateur.

CGI croit que l’adoption de la gestion active des actifs fait partie intégrante de l’évolution du secteur de l’énergie vers l’optimisation des réseaux des services publics. L’optimisation des réseaux des services publics est une transition qui requiert d’aborder la gestion et l’exploitation des actifs avec un regard d’ensemble sur l’entreprise, à l’aide des principes clés suivants.

  1. La vision globale
    Par le passé, la gestion des actifs et l’exploitation du réseau constituaient des concepts distincts. Dans le monde numérique d’aujourd’hui, tout est interrelié. Avec l’avènement des énergies renouvelables, et parce que certains consommateurs produisent leur propre énergie, on assiste à une décentralisation des réseaux. Cette tendance signifie que les réseaux des services publics doivent combiner l’énergie provenant de sources d’approvisionnement multiples et assurer une distribution efficace.
    Dans cette conjoncture complexe, les fournisseurs de services publics devront recourir à des actifs intelligents et décentralisés afin de gérer le chemin bidirectionnel que parcourent d’une part l’énergie, et de l’autre, l’information. Les dirigeants des sociétés de services publics sont conscients qu’ils doivent adopter une vision globale pour maîtriser la circulation d’énergie. Le rapport CGI Global 1000 de 2016 révélait2 que 81 % des dirigeants des sociétés de services publics conviennent du fait qu’ils doivent favoriser la transformation de la chaîne de valeur énergétique en devenant des organisations numériques.
  2. La technologie sur le banc d’essai
    Un aspect essentiel de l’optimisation des réseaux des services publics consiste à accepter la prise de risques minimes et contrôlés, à déployer progressivement les nouvelles technologies, ainsi qu’à évaluer leur incidence et le rendement du capital investi. Cette étape peut nécessiter la modernisation des systèmes en place ou l’essai de nouveaux systèmes, de manière continue et à petite échelle. En menant des projets pilotes qui reposent sur les nouvelles technologies, les fournisseurs de services publics seront en mesure d’apprécier la valeur ajoutée qui est à leur portée. Ils peuvent acquérir du même coup des connaissances et de la souplesse, qui les aideront à mieux comprendre et gérer leurs actifs.
  3. Une approche intégrale
    Pour les fournisseurs de services publics, les nouveaux flux de données ne représentent une occasion en or que s’ils sont entièrement intégrés. Les fournisseurs des services publics exploitent les technologies numériques en combinant leurs technologies opérationnelles et leurs TI, et en recueillant de l’information issue d’autres initiatives numériques, comme les compteurs intelligents, les capteurs et l’IoT. L’adoption réussie d’une approche intégrale repose sur l’élimination des structures cloisonnées afin de favoriser la circulation des données partout dans l’organisation, jusqu’aux décideurs.