Robert Ylitalo

Visualiser les réalités, nouvelles et cachées, combinées aux données et à la réalité augmentée – Exemple d’une « ville jumelle » numérique

En 2008, trois appareils étaient connectés à l’Internet chez moi. Utilisés par intermittence, ils permettaient à toute la famille d’être plus efficace, flexible, mieux connectée et divertie. Aujourd’hui, ce sont 33 appareils qui sont connectés à l’Internet, et ce en tout temps. En plus d’une augmentation du nombre d’appareils connectés, nous constatons également une explosion de la circulation des données. Le besoin de stocker, de sécuriser, d’analyser et d’avoir accès à ces données évolue tout autant. Au fur et à mesure que la numérisation se poursuit, il est facile d’imaginer une augmentation des interactions intermachines, machine à homme et homme à machine, qui généreront encore plus de données.

Utiliser les données pour créer de nouvelles chaînes de valeur

L’augmentation des données offre d’innombrables possibilités de traiter et de combiner l’information afin de créer de nouvelles chaînes de valeur. Par exemple, les véhicules d’un supermarché utilisés pour les livraisons à domicile reviennent vides après ces livraisons. Ils pourraient être utilisés pour transporter les matières recyclables de ces mêmes clients jusqu’à un centre de tri moyennant des frais modiques, contribuant ainsi à protéger l’environnement en réduisant l’émission de CO2. Le supermarché pourrait également recueillir les données sur le recyclage des ménages, ajouter une visualisation des données, et vendre cette information ou la partager avec d’autres entreprises, gouvernements locaux ou organismes environnementaux. 

Les villes pourraient quant à elles utiliser les données provenant des automobiles, désormais sources importantes de renseignements, afin d’améliorer la planification, la circulation et les travaux routiers. Pour se rendre à destination, une voiture autonome doit, entre autres, analyser l’information à propos de la circulation, des conditions routières, des piétons, de la météo, des incidents, de l’emplacement, de la direction, de la vitesse, et même les renseignements obtenus des autres véhicules sur la route. Cette information a également une très grande valeur pour les urbanistes, mais également pour les forces de l’ordre, les hôpitaux, les compagnies d’assurance, les magasins, les restaurants, les fabricants automobiles. Même les sociétés d’énergie pourraient l’utiliser pour déterminer le meilleur endroit où installer des stations de chargement de véhicules électriques. 

Comme l’illustrent ces exemples, une stratégie pour avoir accès aux données, les prendre en charge, les partager et les visualiser est requise pour mettre en place de nouvelles chaînes de valeur.

Comprendre la valeur de l’information – la nouvelle réalité numérique

Si les données constituent une nouvelle mine d’or, alors la réalité augmentée (RA) est la façon de les extraire. La visualisation des données assurée au moyen de la réalité augmentée changera la donne dans la diffusion d’information importante. Bientôt, il ne sera plus question de réalité augmentée, de réalité virtuelle ou de réalité mixte; nous l’appellerons tout simplement réalité numérique ou encore réalité ajoutée.

En combinant les données numériques et la RA, nous ne sommes plus restreints par nos propres sens. La réalité ne se limite plus à ce que nous percevons. Prenez l’exemple d’un film moderne. Pour moi, Superman est un « vrai » film, tandis qu’Histoire de jouets est un film d’animation. Cependant, comme la majorité des vrais films d’aujourd’hui, Superman est grandement réalisé à l’aide d’animation par ordinateur. Mais tant et aussi longtemps que ce que je vois à l’écran répond à mes attentes, je considère qu’il s’agit d’un « vrai » film.

À l’avenir, nous, consommateurs d’information, ne nous soucierons plus que le support d’information soit réel ou animé, tant qu’il offre des avantages ou de la valeur.

Reconnaître et connecter la « ville jumelle » numérique

La réalité augmentée peut être mise à profit dans le contexte de la ville intelligente, visant à mettre en place un cadre de vie attrayant. L’objectif de la ville intelligente est de développer une fondation centrée sur les citoyens, qui met de l’avant l’innovation, la durabilité, la transparence des données et les écosystèmes économiques en vue d’en assurer le succès.

En parallèle au développement de la numérisation, chaque ville voit émerger une ville jumelle numérique – une ville connectée créée par les activités des citoyens, les applications des téléphones intelligents, les systèmes de contrôle d’accès, l’Internet des objets, les véhicules autonomes, et autres. En grande partie cachées, ces villes jumelles numériques ne sont visibles qu’en fragments. Le coup d’œil est limité, un peu comme si on regardait à travers la serrure pour saisir le contenu de toute une pièce. Alors que nos villes physiques sont planifiées en fonction de processus de gouvernance établis, la planification de la ville jumelle numérique se fait de façon isolée, en tant que district numérique distinct. 

À l’avenir, il nous faudra trouver une façon d’interconnecter ces districts numériques afin de favoriser l’échange d’information et la création de nouvelles chaînes de valeur. Les données massives deviendront ainsi des données amples, et les prédictions reposant sur les données historiques seront de plus en plus populaires. La ville pourrait utiliser et même posséder un éventail de données ouvertes pour surveiller, contrôler et prédire les événements. 

Cas d’utilisation de l’interaction entre des villes numériques jumelles

Imaginez que vous ayez accès à la salle de contrôle d’une ville numérique jumelle. Que souhaiteriez-vous y voir et y faire?

Le concept Hidden City de CGI illustre les possibilités de la ville cachée, qui met à profit la réalité augmentée pour cartographier et documenter l’infrastructure souterraine et interagir avec elle. Un peu comme le Superman du cinéma, les utilisateurs obtiennent un superpouvoir de vision aux rayons X pour visualiser les tuyaux courant sous une ville de façon virtuelle.

C’est ce qui a été mis en place à Kiruna, une ville située dans la partie la plus nordique de la Suède. Alors que la mine locale prend de l’expansion, il a fallu déplacer la ville entière de trois kilomètres. La solution Hidden City utilise les données liées aux spécifications précises de la canalisation souterraine en conjonction avec un système GPS de haute précision qui s’appuie sur des systèmes satellites afin de déterminer simultanément où les tuyaux sont localisés et de quel type de canalisation il s’agit. Les données sont intégrées à la technologie HoloLens de Microsoft et projetées sur un canevas au sol. Il est donc possible de visualiser l’infrastructure souterraine existante ou planifiée sans avoir à creuser, permettant ainsi une gestion plus précise. 

Utilisez-vous la visualisation des données et la réalité numérique pour offrir une valeur unique? Faites-nous part de vos commentaires.

Lignes directrices et modalités d'utilisation relatives à la modération d’un blogueVeuillez noter que la fonctionnalité « commentaires » du service DISQUS n’est actuellement offerte qu’en anglais. La version française de cet outil nous sera acheminée dès qu’elle sera finalisée.