Nancy Amert

Nancy Amert

Directrice, services-conseils

Ce billet de blogue en quatre parties explore la transition vers un financement durable. Dans la première partie, nous avons examiné le resserrement des liens entre le secteur bancaire et le développement durable, et dans la deuxième partie, nous avons analysé les motivations qui poussent les banques et les autres acteurs du marché à participer à l’écosystème émergent des finances. Dans la troisième partie, nous avons fait un survol des pratiques actuelles et des résultats escomptés à partir de deux exemples réels.

Dans ce dernier volet, nous examinons quelques enjeux stratégiques et tactiques découlant de l’intégration d’une chaîne d’approvisionnement financière durable aux systèmes et logiciels bancaires existants. Nous examinons également les avantages potentiels de cette intégration et commençons à nous pencher sur les résultats potentiels.

Comme l’indique notre rapport La voix de nos clients CGI 2021, 59 % des dirigeants dont les stratégies numériques produisent des résultats estiment fermement que le développement durable est essentiel à la création de valeur pour leurs clients. Le développement durable étant un point de différenciation croissant pour les leaders du numérique de tous les secteurs d’activité, il est important de documenter les questions clés auxquelles il faut répondre pour planifier l’évaluation et la mesure de vos objectifs en cette matière.

Mesurer la réduction des émissions de carbone d’un fournisseur

Tout d’abord, il est important de comprendre comment la réduction des émissions de carbone d’un fournisseur peut être mesurée afin de planifier la manière dont le développement durable devient un facteur de différenciation. Comment une entreprise peut-elle connaître les activités de son fournisseur à ce niveau de détail? Comment la banque de l’entreprise s’informe-t-elle des efforts de cette dernière en matière de développement durable auprès des fournisseurs?

Dans la troisième partie, nous avons parlé des efforts du fabricant de chaussures de sport Puma en matière de chaîne d’approvisionnement financière durable. Puma a lancé un projet (Puma Vendor Financing Program) qui propose des options de financement privilégiées aux fournisseurs obtenant une note élevée en matière de développement durable. Mais comment Puma suit-elle et évalue-t-elle les efforts de ses fournisseurs en matière de développement durable?

À titre d’exemple, supposons que le fabricant de caoutchouc de Puma échange sa flotte de vieux camions à essence contre des véhicules hybrides-électriques. Comme les combustibles fossiles émettent beaucoup de carbone lorsqu’ils sont brûlés, tout effort pour réduire leur consommation devrait marquer des « points » majeurs en matière de développement durable. Un ingénieur en efficacité énergétique peut calculer la réduction réelle des émissions de carbone, mais je me concentre en premier lieu sur la façon dont cette information est recueillie et utilisée.

Voici quelques questions clés à prendre en considération.

  • Comment valider l’information sur la réduction des émissions de carbone? Puma peut demander des documents au fournisseur de caoutchouc, comme une copie de sa convention d’achat de véhicules hybrides.
  • Comment cette information peut-elle être agrégée? Puma peut demander à tous ses acheteurs et fournisseurs qui participent à la chaîne d’approvisionnement financière durable de fournir des exemples vérifiables de leurs activités de réduction des émissions de carbone. Ce suivi et cette compilation peuvent être effectués simplement au moyen d’une feuille de calcul ou d’une base de données.
  • Comment cette information peut-elle être communiquée? Puma peut informer l’ensemble de sa base mondiale d’acheteurs et de fournisseurs de ses efforts collectifs de réduction des émissions de carbone au moyen de communiqués de presse, de campagnes marketing, de rapports annuels aux actionnaires, etc.

Se préparer aux encouragements fiscaux « verts »

En plus de mesurer la réduction des émissions de carbone des fournisseurs, il est important de se préparer à des encouragements fiscaux « verts ». Ces mesures incitatives représentent l’un des principaux motifs financiers pour encourager des comportements favorisant le développement durable et faire de la responsabilité sociale un facteur de différenciation pour votre entreprise. Bien que la perspective d’encouragements gouvernementaux soit prometteuse, elle soulève des questions quant à la manière dont ils seront gérés.

Voici quelques questions clés à prendre en considération.

  • L’allégement fiscal s’applique-t-il à une entreprise offrant un programme de chaîne d’approvisionnement financière durable ou seulement aux entités qui modifient concrètement leurs activités – ou les deux?
  • Les autorités fiscales voudront-elles savoir où en sont actuellement les opérations émettrices de carbone de l’entreprise, c’est-à-dire son empreinte carbone?
  • D’où proviennent les données sur la réduction des émissions de carbone et qui les organisera et les analysera?
  • Comment les nouvelles applications et les nouveaux outils de gestion des mesures incitatives seront-ils intégrés aux systèmes existants? De plus, quand cette intégration aura-t-elle lieu?

Je ne m’attends pas à ce que des encouragements fiscaux « verts » notables entrent en vigueur avant la fin de 2022. Compte tenu de cet échéancier, nous avons un peu de temps pour nous préparer à une vague d’initiatives vertes et à de nouvelles solutions technologiques connexes avant leur arrivée sur le marché.

Notre parcours collectif en matière de chaîne d’approvisionnement financière durable

En tant que citoyens du monde, nous avons beaucoup de travail devant nous. Nous commençons à établir des liens directs entre les solutions et programmes existants relatifs à la chaîne d’approvisionnement financière et les efforts en matière de développement durable. Je crois que nous nous attaquerons de façon réaliste aux changements climatiques au cours de notre vie et que nous pouvons collectivement atteindre l’objectif de neutralité carbone d’ici 2030.

Après tout, 2022 est à nos portes.

Pour discuter davantage à ce sujet, n’hésitez pas à communiquer avec moi.

À propos de l’auteur

Nancy Amert

Nancy Amert

Directrice, services-conseils

Nancy compte plus de 25 années d'expérience dans le domaine bancaire et du commerce. Elle est reconnue pour son expertise en chaîne de blocs et en technologies de registre distribué (DLT).